Position des Autorités de Santé Européennes : insuline glargine et risque de cancer

L'EMA (Agence Européenne du Médicament) avait demandé des études complémentaires suite à la polémique sur l'insuline glargine lancée en 2009. Elle vient de finir son évaluation concernant ce dossier.

Selon le CHMP (Comité européen des médicaments à usage humain), les nouvelles données étudiées ne montrent pas d'augmentation du risque de cancer : la balance bénéfices/risques de cette insuline n'est pas modifiée.

 

Voir la fiche Lantus (insuline glargine) sur le site de l'Agence Européenne du médicament


Les résultats de l'étude ORIGIN* ont déjà montré que l'insuline glargine n'avait pas modifié le risque relatif de maladie cardivasculaire ou de mortalité cardiovasculaire par rapport au traitement standard.

Cette évaluation finale vient confirmer la sécurité d'utilisation de l'insuline glargine concernant l'augmentation du risque de cancer.


* L'étude ORIGIN (Outcome Reduction with Initial Glargine Intervention) est une étude unique d'une durée de sept ans sur le risque de survenue de complications cardiovasculaires (CV), évaluant Lantus® (insuline glargine) comparativement à un traitement de référence, chez plus de 12 500 personnes à haut risque cardiovasculaire présentant un pré-diabète ou un diabète de type 2.

A lire aussi :

Notre actualité Insuline GLARGINE (LANTUS®) et cancer : des études toutes rassurantes du 24/07/2012

Notre Communiqué de presse du 30/06/2009