Un laboratoire de l'Inserm dédié à la recherche sur le diabète

La semaine dernière, la Fédération Française des Diabétiques s'est rendue de nouveau à l'Unité de thérapie cellulaire de l'Hôpital Saint-Louis pour y rencontrer le Professeur Cattan et son équipe. Le Professeur Cattan, investigateur coordinateur de l'essai clinique de greffe d'îlots, a mis en place une plateforme de recherche qui procède à l'isolement des îlots de Langerhans. Cette technique d'isolement permet d'extraire les îlots de Langerhans du pancréas (amas cellulaire contenant les cellules insulino-sécrétrices) pour les mettre à disposition des laboratoires de recherche d'Ile de France.

Un travail de recherche collaboratif

L'Unité de recherche Inserm U1138, située au Centre de Recherche des Cordeliers à Paris,  dont le directeur est le Professeur Pascal Ferré, fait partie des laboratoires qui travaillent avec l’Unité de thérapie cellulaire du Professeur Cattan qui dirige le programme d’isolement d’îlots de Langerhans humains.

 

Nous avons rencontré le Docteur Blondeau, chercheur au sein de ce laboratoire dédié à la recherche fondamentale. Dirigé par Fabienne Foufelle, ce laboratoire met en place des stratégies permettant une meilleure sécrétion d’insuline par les cellules productrices d’insuline pour aider à guérir le diabète. Les chercheurs travaillent principalement sur des cellules d’animaux (rongeurs) qu’ils mettent en culture et sur lesquelles ils testent des traitements pour permettre une meilleure sécrétion d’insuline ou une meilleure survie de ces cellules. « La vocation de l’Inserm est de mettre en place des thérapies permettant de guérir des pathologies humaines : nos travaux de recherche n’ont de valeur que si on peut les transposer chez l’Homme. »
 

 

 

L’importance des financements pour la recherche sur le diabète

La Fédération Française des Diabétiques finance depuis deux ans la plateforme mise en place par le Professeur Cattan. Cette plateforme de recherche est coûteuse et les nouveaux médicaments qui améliorent le succès des greffes aussi. Le docteur Blondeau insiste sur la nécessité des financements pour faire avancer la recherche et précise que ces financements constituent un investissement à long terme pour permettre de mettre en place de nouvelles thérapies.