La question du surtraitement chez les personnes âgées

Une étude faite par une équipe américaine pose la question de la pertinence d’un contrôle fin de la glycémie chez les personnes âgées qui ont d’autres problèmes de santé que le diabète.
 

Une étude portant sur près de 1300 patients âgés

Ces scientifiques ont analysé les résultats d’une étude de population portant sur 1 288 patients ayant un diabète et âgés de 65 ans et plus. L’équipe s’est focalisée sur les niveaux d’hémoglobine glyquée rapportés entre 2001 et 2010. Ils ont réparti ces patients en trois classes : personnes malades (21.2%), personnes fragiles (28.1%) et personnes vigoureuses (50.7%). Environ 62% des patients montraient un taux d’hémoglobine glyquée inférieur à 7% quel que soit leur état de santé.

Des résultats stables

Sur ces patients montrant un taux d’HbA1c<7%, 54.9% étaient traités avec de l’insuline ou des sulfonylurées, traitements qui provoquent des hypoglycémies. Sur les dix années qu’a duré l’étude, il n’y a pas eu de changement significatif sur la proportion de patients ayant une HbA1c de moins de 7% et qui présentaient une santé fragile ou très fragile, ou sur la proportion d’adultes ayant une HbA1c<7% et traités par insuline ou sulfonylurées malgré une santé fragile ou très fragile.

Des traitements hypoglycémiants

Or l’insuline ou les sulfonylurées provoquent des hypoglycémies qui peuvent conduire à des chutes, des confusions, des comas ou même la mort, d’autant plus que l’état de santé est fragile. Selon ces chercheurs, ces résultats « suggèrent qu’une proportion substantielle des patients diabétiques les plus âgés sont potentiellement surtraités ».

Source : JAMA Internal  Medicine. 12 Janvier 2015
Potential Overtreatment of Diabetes Mellitus in Older Adults With Tight Glycemic Control.
Lipska KJ et al.

 

Auteur  : Loïc Leroux
Crédit photo : © Kurhan - Fotolia.com