Troubles du sommeil : un facteur aggravant du diabète

A l’occasion de la Journée du Sommeil, le 16 mars 2012, une enquête* réalisée pour la MGEN et l’INSV (Institut National du Sommeil et de la Vigilance) révèle que :

  • les troubles du sommeil touchent 4 français sur 10, principalement les femmes, les personnes âgées de 50 à 65 ans ayant un mode de vie sédentaire.
  • seules 16 % des personnes ayant ces troubles du sommeil sont traitées.

L’enquête montre que ces troubles ont des répercussions sur les performances : baisse des capacités physiques et intellectuelles (difficultés de concentration et de mémoire).

Les mauvais dormeurs seraient davantage exposés au diabète. En effet, il existe un lien étroit entre les troubles du sommeil et le diabète.


Une étude récente** renforce l’idée qu’un sommeil de mauvaise qualité a une incidence sur l’équilibre glycémique, augmente l’insulinorésistance et le risque d’obésité. La qualité du sommeil joue un rôle primordial dans la gestion du diabète.
 

« Sommeil et performance au quotidien » sera d’ailleurs le thème de la 12ème Journée du sommeil, qui se tiendra le 16 mars prochain sur l’ensemble du territoire.

 

 

En savoir plus sur le sommeil et le diabète

 

 

Notes et sources

* Enquête INVS MGEN réalisée par Opinion Way "Sommeil et performance au quotidien", menée auprès de 1010 personnes âgées de 18 à 65 ans.

**Source : Diabetes Care, Mai 2011;34(5):1171-6
Cross-sectional associations between measures of sleep and markers of glucose metabolism among subjects with and without diabetes: the Coronary Artery Risk Development in Young Adults (CARDIA) Sleep Study.
Knutson KL, Van Cauter E, Zee P, Liu K, Lauderdale DS.