L’athérosclérose diabétique : un mécanisme à part

L’athérosclérose est l’épaississement de la paroi des artères et leur obstruction par des plaques d’athérome, composées de cholestérol, de facteur de coagulation, de plaquettes, de calcium et de cellules sanguines. Les personnes atteintes de diabète ont plus de risques de développer une athérosclérose.

Toutefois, chez ces personnes, le mécanisme de cet épaississement est mal connu et semble différent de celui des non diabétiques. En effet, chez les patients diabétiques, les globules blancs ont des caractéristiques inflammatoires.

 

Mais comment ce processus se produit-il ?


Une équipe américaine vient de montrer qu’une molécule, l’ACSL1, qui a un rôle dans le métabolisme des acides gras, se retrouve en plus grande quantité chez des souris qui développent un diabète que chez les contrôles. On en trouve aussi en grande quantité chez les patients diabétiques.


Si on enlève cette ACSL1, les souris sont exemptes de ces phénomènes inflammatoires. L’inflammation observée chez les diabétiques semble donc être liée à la surproduction de cet ACSL1. De quoi ouvrir de nouvelles voies de recherche pour inhiber l’inflammation liée à l’athérosclérose diabétique.


Source : Karin E. Bornfeldt et coll.
PNAS Plus: Diabetes promotes an inflammatory macrophage phenotype and atherosclerosis through acyl-CoA synthetase 1 PNAS 17 Janv. 2012

 

Auteur : Loïc Leroux


Abonnez vous à la newsletter

 

Abonnez vous à Equilibre