Les cônes striés ouvrent de nouvelles voies pour lutter contre le diabète

Les scientifiques viennent d’isoler une molécule issue d’un cône, c’est-à-dire un mollusque marin de la famille des Conidae. Ces animaux dont les coquilles très ornementées sont très prisées par les collectionneurs sont cause d’accidents, car ils possèdent des venins très dangereux, parfois mortels, contenant de nombreuses substances aux propriétés encore mal connues.

Des chercheurs de Calgary (Canada) viennent d’étudier les propriétés antidiabétiques d’une molécule issue du venin du Conus striatus, la conkunitzin-S1.


En effet, cette molécule joue sur le potentiel électrique de la membrane de la cellule productrice d’insuline, la cellule bêta du pancréas. Il en résulte une sécrétion accrue d’insuline en réponse à l’élévation de la glycémie.


Toutefois, comme pour d’autres molécules comme le GLP-1 déjà commercialisé, il n’y a pas d’effet hypoglycémiant lorsque la glycémie est normale. Cette caractéristique rend donc la conkunitzin-S1 très intéressante et prometteuse. Les chercheurs de Calgary s’orientent ainsi vers la recherche d’effets après administration orale.

Source : EMBO Molecular Medicine Mai 2012, 4(5):424-34.
Block of K(v) 1.7 potassium currents increases glucose-stimulated insulin secretion.
Finol-Urdaneta RK, Remedi MS, Raasch W, Becker S, Clark RB, Strüver N, Pavlov E, Nichols CG, French RJ, Terlau H.

 

Auteur : Loïc Leroux

 

 

Pour soutenir la recherche :

 

Je fais un don