Un nouveau régulateur dans le diabète

Lorsque la résistance à l’insuline s’installe, les muscles, le foie et les cellules adipeuses sont moins capables d’utiliser cette hormone. Une molécule, nommée TBC1D3 vient d’être caractérisée pour jouer un rôle dans ce mécanisme : plus il y a de TBC1D3, plus l’action de l’insuline dure dans le temps.

Le gène de cette protéine n’est présent que chez l’Homme et certains primates. Chez l’Homme, ce gène est dupliqué en de nombreux exemplaires, jusqu’à plus d’une cinquantaine.

 

Les scientifiques vont donc chercher à savoir si ce haut niveau de duplication entraîne un haut niveau de production de cette protéine. De plus, l’étude de son mode d’action pourrait permettre de trouver de nouvelles stratégies pour maintenir la sensibilité de l’insuline.


Enfin TBC1D3 active aussi une autre protéine nommée PP2A, associée à la durée de vie. Il sera donc très intéressant de voir si TBC1D3 agit aussi sur le vieillissement.

Source : PLos One 13 Février 2012. TBC1D3, a Hominoid-Specific Gene, Delays IRS-1 Degradation and Promotes Insulin Signaling by Modulating p70 S6 Kinase Activity
Marisa J. Wainszelbaum, Jialu Liu, Chen Kong, Priya Srikanth, Dmitri Samovski, Xiong Su  Philip D. Stahl

 

Auteur : Loïc Leroux

 

 

Pour soutenir la recherche :

 

Je fais un don