Mes Interlocuteurs

En matière de santé au travail, le médecin du travail est mon interlocuteur privilégié mais aussi de l'employeur et des représentants du personnel. Sa mission et sa préoccupation sont de veiller à la santé des salariés, à l'aménagement des conditions de travail et au maintien dans le poste en toute sécurité. Le diabète peut être un motif d'adaptation du poste de travail, voire de reconnaissance de la qualité du travailleur handicapé (RQTH).

Le rôle du médecin du travail dans l'entreprise


La mission principale du médecin du travail est de veiller à la santé des salariés dans l'entreprise et d'adapter les conditions de travail. Il est le seul compétent pour recevoir des informations d'ordre médical de la part des salariés (il est soumis au secret professionnel) et juger de l'aptitude à occuper tel ou tel poste. Le code du travail rend obligatoire une visite médicale avant l'embauche, puis au moins une fois tous les deux ans. D'autres visites sont obligatoires comme celles après un arrêt de travail pour cause d'accident du travail, de maladie professionnelle ou non, ou pour des absences répétées pour raison de santé.

Médecin du travail : l'interlocuteur des salariés diabétiques

En plus de ces situations, je peux demander à voir le médecin du travail pour un contrôle, des examens particuliers ou des conseils en cas de changement de poste ou d'évolution d'une maladie existante. C'est l'interlocuteur privilégié d'une personne diabétique qui voit son poste ou sa maladie évoluer, présentant une menace pour sa santé ou celles de ses collègues. Le médecin du travail connaît bien les maladies chroniques comme le diabète. Il est là pour faire le point sur les contraintes que le diabète peut générer sur votre travail, afin de proposer un aménagement adéquat que ce soit sur :
•    les horaires (comme l'aménagement des pauses dans la journée ou le midi pour les glycémies et les repas),
•    les fonctions,
•    le poste (réduire le stress ou certains efforts physiques, par exemple), voire un changement de poste,
•    une réduction du temps de travail,
•    voire un changement de statut comme celui de travailleur handicapé.


Voir aussi

•    La médecine du travail sur le site officiel de l'administration française

A quelle occasion puis-je rencontrer le médecin du travail ?

Le médecin du travail a pour principale mission la prévention de toutes les dégradations de la santé des salariés du fait de leur travail. Il intervient ainsi dans l’adaptation des conditions de travail en fonction de l’état de santé du salarié. Le médecin du travail est par conséquent le seul acteur compétent dans l’entreprise pour recevoir des informations de nature médicale concernant le salarié et pour se prononcer sur l’aptitude de celui-ci à occuper son poste.


Le code du travail prévoit des visites médicales obligatoires auprès du médecin du travail avant l’embauche, au plus tard avant l’expiration de la période d’essai, puis au moins une fois tous les deux ans. Le but de l’examen est de déterminer si je suis médicalement apte au travail, et si je ne suis pas atteint d’une affection dangereuse pour les autres salariés, l’examen permet aussi de déterminer les postes sur lesquels, je ne dois pas être affecté (du point de vue médical),  et ceux qui me conviendraient mieux.


En outre, je bénéficie d’un examen médical à ma demande : je pourrai alors m’adresser directement au médecin du travail pour prendre rendez-vous.
En cours de carrière, je bénéficie d’un examen de reprise de travail après un congé de maternité, après une absence pour cause de maladie professionnelle, après une absence d’au moins 30 jours pour cause d’accident du travail pour cause de maladie ou d’accident non professionnel. Cet examen a pour but d’apprécier mon aptitude à reprendre mon ancien emploi, la nécessité d’une adaptation des conditions de travail ou d’une réadaptation. Cet examen a lieu lors de la reprise et au plus tard dans les 8 jours.
 

En cas de difficultés, qui peut m’aider ou me conseiller ?


• La Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH)

Cette structure est chargée de mettre en œuvre et de coordonner l’ensemble des mesures en faveur de personnes handicapées.
Elle se prononce notamment sur l’orientation et la reconversion professionnelle.
La MDPH est compétente pour estimer si le travailleur handicapé doit être orienté, soit vers un emploi en milieu ordinaire de travail compatible avec ses aptitudes, soit vers un stage de reconversion professionnelle. Les diabétiques sollicitent parfois de tels stages quand leur activité professionnelle n’est plus compatible avec leur état de santé et qu’ils ont été déclarés inaptes par la médecine du travail (cas des conducteurs, par exemple).

Pour en savoir plus : www.cnsa.fr


Des organismes tels que le réseau PROMETHEE ou le réseau O.H.E. (Opération Handicap Emploi) ont été créés pour aider à la réinsertion professionnelle. Ils mettent notamment en relation les demandeurs d’emploi avec les offres proposées par les entreprises désireuses de remplir leur obligation.  


•    L’Agefiph (mais aussi OETH pour les établissements privés à but non lucratif du secteur social, médico-sociale, etc, FIPHFP pour la fonction publique)

  L’une des missions de cet organisme est de reverser les sommes collectées auprès des entreprises (celles qui dérogent à leur obligation d’employer des travailleurs en situation de handicap), pour financer des projets d’insertion ou de maintien dans l’emploi.
Le travailleur reconnu handicapé peut se voir attribuer un financement pour une formation professionnelle ou une subvention forfaitaire, s’il s’oriente vers l’exercice d’une profession indépendante. Il peut également obtenir une prime à l’embauche ou une aide à l’aménagement de poste.
Pour en savoir en plus : www.agefiph.fr
 
•     Pôle emploi   
Les personnes diabétiques licenciées pour inaptitude et inscrits à pôle emploi, peuvent bénéficier, comme tout demandeur d’emploi, des stages de formation proposés par le Pôle emploi (A.F.P.A. etc.) et d’aides financières pour les stages d’organismes de formation privés.
En cas de RQTH les demandeurs d’emplois peuvent être orientés vers un « cap emploi ». Pour en savoir plus : www.pole-emploi.fr


•    L’assistant(e) social(e)
Les assistants sociaux ont pour mission d’accompagner et de guider les usagers afin de les informer sur les droits et sur les aides dont ils peuvent bénéficier en fonction de leur statut social, du lieu d'habitation, de leur état de santé.
Leur mission est aussi d’orienter, d’enclencher et de suivre certaines démarches.
Une assistante sociale peut être contactée :
-    dans son entreprise ou par certains services inter-entreprises de la médecine du travail.
-    dans une mairie ou par le centre de sécurité sociale auquel l’usager est rattaché.
-    à l’hôpital.

•    Les syndicats
Un syndicat est une association de personnes dont le but est de défendre les droits et les intérêts sociaux, économiques et professionnels de ses adhérents.  Son but est d’améliorer les conditions de travail.  
En cas de difficultés, le salarié peut contacter les institutions représentatives du personnel de son entreprise.
 
•    La Fédération Française des Diabétiques
La Fédération Française des Diabétiques, reconnue d’utilité publique, a pour mission d’informer, d’accompagner et de défendre les personnes atteintes de diabète. Organisée en fédération composée de 90 associations, les personnes diabétiques peuvent y contacter des bénévoles patients afin d’être accompagnés dans leur projet de vie.  


Pour connaître la liste des associations locales : Je contacte mon asso locale
 
 
Service social et juridique de la Fédération :
37-39 avenue Ledru-Rollin
75012 Paris

Permanences téléphoniques du service social et juridique :  
Tél : 01 56 95 18 69
Mardi de 8h à 12h30 et le Jeudi de 13h30 à 18h.
Contacter le service par mail
 

Les sites utiles
•    Service Public : site officiel de l’admnistration : http://www.service-public.fr/
•    L’Assurance Maladie : www.ameli.fr
•    Le Défenseur des Droits:  www.defenseurdesdroits.fr