Témoignage

Hélène, 37 ans (46)

J'allais avoir 18 ans quand on a découvert mon diabète. Inutile de dire à quel point cette maladie a changé ma vie... J'ai tout d'abord plutôt bien géré ce changement, en disant à tout le monde que tout allait bien, que j'étais forte et que je surmonterais tout ça. Puis j'ai pris du poids (10 kg en 6 mois) et j'ai commencé à me renfermer sur moi-même, m'éloignant de mes amis qui m'avaient connue "avant" et qui dans ma tête ne pouvaient plus m'aimer avec ce poids en plus.

J'ai eu mon Bac et j'ai quitté la maison. A partir de là, tout était simple, j'ai pu nier ma maladie sans personne pour s'en rendre compte ! Fini les dextros, l'alimentation équilibrée, je voulais vivre comme les autres. Pendant 12 ans, j'ai flirté avec la ligne rouge, faisant juste mes injections pour ne pas finir à l'hôpital mais sans jamais me contrôler... Je voyais mon diabéto juste pour les renouvellements d'insuline et soit j'oubliais mon carnet, soit je lui présentais un carnet au delà de tout soupçon et même les prises de sang faisaient illusion puisque je n'en faisais pas ! Puis j'ai rencontré celui qui allait être mon mari. Il m'a écoutée, comprise, même si au début, je lui cachais pas mal de choses. Puis rapidement est arrivé le moment de payer l'addition de ces années de déroute. Pendant toutes ces années je savais parfaitement ce que je faisais, les risques, les complications et malgré ça, en connaissance de cause, j'ai refusé d'accepter ce diabète.

 

C'était si facile, on ne le voit pas ! Mais c'est une maladie insidieuse...Je suis donc allée aux urgences pour une tache devant un œil. Sans surprises: rétinopathie diabétique. J'ai subi une vitrectomie bilatérale après des séances de laser très douloureuses. Puis nous avons décidé d'avoir des enfants et j'ai su que je n'agirai plus jamais pareil. Pour ce bébé à venir je suis passée à la pompe à insuline. Même si mes grossesses ont été un peu compliquées, nous avons aujourd'hui 2 petits garçons en pleine forme. Je remercie l'équipe de Paule de Viguier à Toulouse (et tout particulièrement le Docteur Lorenzini) qui nous a permis de connaître ce bonheur que j'ai longtemps cru impossible.

 

Je voulais juste raconter mon histoire pour que les jeunes diabétiques sachent que tout est possible dès qu'on accepte la maladie. A mon sens c'est par là que devrait commencer le traitement du diabète. Enfin, pour tous ceux qui hésitent encore, la pompe à insuline à changé ma vie (Hba1c de 6.6 % !).

 

Crédit photo : © Fotolia - olgavolodina

Photo d'illustration

Je partage aussi mon histoire

Je témoigne

Je trouve d'autres témoignages

Clément, 13 ans et demi