Témoignage

Julie, 27 ans (59)

Je m'appelle Julie, j'ai 27 ans et suis diabétique depuis l'âge de 3 ans. En voyant ces témoignages, j'ai décidé de vous parler de ma maladie.

Certaines personnes vivent bien le diabète, d'autre pas du tout. Moi, on dira que j'ai beaucoup de mal mais j'évite de me plaindre parce que je me trouve "chanceuse" d'avoir mes jambes, mes bras, la vue et tout le reste. A côté de ça, il faut vivre la maladie pour la comprendre [...] Pendant une grosse période de ma vie, j'ai joué avec ma santé, pensant que les complications n'arrivaient qu'aux autres, jusqu'au jour où…les autres, c'était moi !


Pendant pas mal d'années j'ai mangé toutes les bonnes choses sucrées que je pouvais trouver […] Je me suis dit pourquoi ne pas vivre comme tout le monde sachant qu'en mangeant une barre chocolatée ou une pomme ma glycémie capillaire était la même, mauvaise idée... Puis l'idée de maigrir m'est venue […] alors j'ai stoppé mes injections pensant que cela faisait grossir. Ma santé s'est dégradée […]. Puis un beau jour, coup de théâtre : je me suis fait hospitaliser 4 mois, mon hémoglobine est descendue à 6 %. Merveilleuse nouvelle, non ? Non, non… C’était le début du cauchemar ! Les complications sont survenues.


Vous vous demandez pourquoi un tel témoignage ? Vous pensez que je veux vous faire peur ? Et bien non, pas du tout. Il vaut mieux une vérité qui fait mal qu'un mensonge qui fait du bien. La vérité aujourd'hui c'est qu'on a la chance de vivre, de marcher, de courir, de parler alors à quoi bon se faire du mal et faire du mal autour de nous. On peut vivre avec le diabète il ne se voit pas quand on l'accepte. Mais pour ça il faut le vouloir et réagir avant qu'il ne soit trop tard.


Echanger avec des personnes diabétiques peut faire du bien. J'aurais aimé le comprendre à l'adolescence plutôt que de refuser tout contact avec les gens diabétiques. On a qu'une vie alors profitons-en et n'oublions jamais qu'il y a toujours mieux et toujours pire. Ne laissez pas la maladie gagner chaque jour du terrain. Ne lui donnez pas la chance de vous détruire.


Remerciez vos parents pour tout ce qu'ils ont supporté et tout le mal qu'ils se sont donnés pour vous, ainsi que toutes les personnes qui ont été présentes pour vous […]. Les batailles de la vie ne sont pas gagnées par les plus forts mais par ceux qui n'abandonnent jamais !

 

Crédit photo : © Fotolia - vgstudio

Photo d'illustration

Je partage aussi mon histoire

Je témoigne

Je trouve d'autres témoignages

Clément, 13 ans et demi