Témoignage

Lisalbane, 17 ans

L'annonce est brutale : soif, perte de poids importante et gorge sèche. On me diagnostique alors un diabète de type 1 pendant l'été. C'est une maladie qui est répandue mais pas très connue, alors on ne sait que penser. J'ai été prise en charge par un endocrinologue compétent.

L'entourage médical est très important pour apprendre à gérer les maladies chroniques et j'en apprends tous les jours. Apprendre à gérer sa glycémie n'est pas chose simple, rééquilibrer un diabète et se mettre hors de danger prend également du temps. Le diabète ne touche pas seulement la santé, mais le moral, qu'il est primordial de préserver. Coups de colères, de révoltes, et coup de blues...C'est malheureusement une fatalité pour bon nombre de personnes, il est important de prendre conscience que ce n'est pas une excellente manière de voir les choses.

 

Pour ma part, accepter la maladie, cesser de croire à l'injustice, a été très difficile. Je me bats encore, mais même si cette étape est très différente chez chacun de nous, une certaine solidarité est bénéfique. Il faut vivre avec, au fil des jours.

 

Mais le diabète n'est pas seulement source de malheurs : prendre part à la valeur de la nourriture, manger équilibrer, pratiquer un sport, apprendre à vivre sainement, à savourer chaque chose. C'est très important.

 

Du coté de l'administratif, ce n'est pas facile non plus mais cela offre certains avantages non négligeables (comme je le vois dans mon lycée). En espérant que chaque diabétique y trouve son compte en positivant et surtout ne désespèrez pas !

 

Crédit photo : © Picture-Factory - Fotolia.com

Photo d'illustration

Je partage aussi mon histoire

Je témoigne

Je trouve d'autres témoignages

Clément, 13 ans et demi