Témoignage

Lise, 19 ans (60)

Mi mars, je vois trouble, en parallèle je bois énormément et je perds du poids. Mais je suis étudiante infirmière et en pleine période de partiels, je pense que je suis fatiguée des révisions. Et puis, mine de rien, je m'inquiète.

Nous sommes le 11 avril, je fais une prise de sang. Au fond de moi, je le sais. Le verdict tombe : mon taux à jeun est anormal. Je connais les normes par cœur. Rendez-vous avec mon médecin traitant qui m'envoie aux urgences.

 

Plus aucun doute, je suis diabètique de type 1, nous sommes le 15 avril et j'ai l'impression que le ciel me tombe sur la tête. Pourquoi moi ? Je n'ai jamais eu quoi que ce soit, pas une seule grippe dans ma vie, je ne connais pas l'hôpital du coté malade et ça y est en quelques secondes, brutalement, tout change.

 

Je me sens seule face à ça. L'équipe est sympa, je suis la petite jeune du service. Je "n'encaisse" pas mais j'ai une diabètologue extrêment gentille, très empathique. Et puis j'essaie de me rassurer en me disant : "il faut mieux ça qu'un cancer !"

 

Je suis sortie de l'hôpital depuis 10 jours et ces 4 injections d'insuline par jour me pèsent déjà beaucoup. J'ai du mal à envisager mon avenir sereinement. Les témoignages me rassurent quand même beaucoup et me donnent la force d'essayer d'accepter.

 

Crédit photo : © olgavolodina - Fotolia.com

Photo d'illustration

Je partage aussi mon histoire

Je témoigne

Je trouve d'autres témoignages

Clément, 13 ans et demi