Témoignage

Loïc

Je suis comme sous l’eau, par dix mètres de fond et à bout de souffle ! Possédé par un instinct angoissant de survie qui me pousse viscéralement à remonter le plus rapidement possible vers une surface ou je pourrais enfin revenir à la vie. De ma profondeur, je vois la belle lumière de mon objectif, mais elle reste tellement inaccessible que cet éclat m’aveugle !

Au point même de la détester malgré sa magnificence, de jalouser ceux qui y ont accès sans effort, de me poser une question dérangeante : dois-je me débattre encore une énième fois ? Même si je ne bouge que très peu dans ces efforts incommensurables et que je ne remonte jamais assez vite, il m’est impossible d’arrêter de me battre. Malgré tous les efforts que je puise dans cette force qui m’abandonne, je reste figé là ; toujours et longuement entre deux eaux. Cette expérience, je la vis très souvent sans même avoir besoin de me mouiller, de m’immerger au sens propre du terme. Non, je ne suis pas adepte de plongée sous-marine ! Je vis des hypers & hypoglycémies au quotidien et des crises de panique depuis 14 ans de diabète. A ces moments forts de ma vie, je fantasme alors d’un simple souffle, d’un corps qui retrouve enfin sa normalité, d’un organisme qui ne me trahit plus. J’espèrerais toujours, sans jamais y croire, me réconcilier avec lui et revivre l’insouciance d’un être en bonne santé qui ne se soucie que de son égo trip, sa famille, son job…Ma philosophie a beau combattre cet état d’esprit individualiste, mon corps me rappelle sans répit à l’écartèlement de cette distorsion ! La beauté de la vie, l’amour et l’espoir restent malgré tout des alliés dans ce combat de chaque jour et je remercie paradoxalement le ciel de m’avoir changé à travers cette lourde épreuve. A ma fille, mon amour éternel, Olivia F.

 

Je partage aussi mon histoire

Je témoigne

Je trouve d'autres témoignages

Clément, 13 ans et demi