Témoignage

Mickael, 34 ans (91)

Diagnostiqué à l'âge de 25 ans, j'ai mal accepté cette maladie. Je la connaissais car mes parents et beaucoup de personnes de ma famille l'ont, c'est fréquent aux Antilles. Le plus dur est le regard et le propos des autres, sur ce qu'on mange, sur ce qu'on fait...

On passe pour celui qui se goinfre de sucre toute la journée et on est gêné à chaque soirée ou sortie entre amis. Si, au début mes amis prochent le savaient, aujourd'hui ce n'est plus quelque chose que je dis, ne voulant plus entendre de remarque surtout par manque d'information de ces personnes.

 

Sous insuline depuis peu, je me rend compte qu'il faut aussi que je me remette au sport. Je pense, qu'au début, la maladie a mis du temps à s'installer car j'aimais beaucoup les sports collectifs et en faisais pas mal en amateur ou club, mais à la fin des études, le travail, le mariage, je n'ai plus eu autant d'activités et je me suis aussi un peu laissé aller. A l'époque, je n'avais que des médicaments oraux, pas d'insuline que j'ai depuis à peine 1 mois.

 

En tant qu'homme aussi je suis surpris du manque d'information sur le plan sexuel à ce sujet et les conséquences que ça a sur mon couple. J'ai aussi vécu récemment l’amputation d'une jambe de mon père qui m'a longuement fait réfléchir. Aujourd'hui, j'ai accepté de vivre avec et non plus de subir ou ignorer mais je sais que le chemin est long et que c'est pour la vie.

 

Crédit photo : © AUFORT Jérome

Photo d'illustration

Je partage aussi mon histoire

Je témoigne

Je trouve d'autres témoignages

Clément, 13 ans et demi