Témoignage

Patience, 29 ans (69)

Je suis très contente d'avoir découvert ce site. Ce matin, j'en ai entendu parler à la télévision dans une émission qui parlait du diabète. Je suis allée sur le site et je suis très contente des témoignages que j'ai lus.

J'ai un diabète insulino-dépendant depuis le mois d'août 2010 et je peux vous dire qu'en lisant certains témoignages, je me reconnaissais.

 

Il n'y a pas de diabète dans ma famille. Je suis avs et ayant fait une formation sur certaines pathologies. Je ne voulais pas accepter ce qui se passait et vu les symptômes : la soif, envie de faire pipi...au fond de moi je le savais mais refusais de l'admettre. Il a fallu que mon compagnon insiste pour que je consulte un médecin qui m'a prescrit les prises de sang. Et là! Bang! Comme un coup de feu! Le verdict est tombé : 4,20 g. Là, j'ai pleuré toutes les larmes de mon corps...

 

L'hospitalisation, le traitement, on ne comprend pas trop ce qui nous arrive et pourquoi nous.

 

J'ai une fille de 4 ans et demie. C'est vrai, les proches ne comprennent pas toujours la fatigue, le manque de moral, le fait de penser aux piqûres, aux comprimés, on n'a pas forcement le moral. J'ai l'impression que mes proches pensent que j'en fais un peu trop ou que je joue la comédie. Alors, même quand je suis mal, je ne me plains pas et je ne sais pas vers qui me tourner. Mon compagnon ne cherche pas à comprendre ma maladie et mes parents me manquent énormement car je suis d'origine africaine et mes parents vivent là bas.

 

Mon travail est trop physique car c'est à domicile et avec les familles, j'ai travaillé pendant un an en mi-temps thérapeutique. C'est fini, la sécu ne veut plus me payer les indemnités journalières donc c'est très dur pour moi de travailler à temps plein. Je suis obligé de modifier mon temps de travail. Quand vous dites au diabetologue que vous êtes fatigué, on vous dit qu'il n'y a pas d'explications. Je voulais juste dire que les gens qui disent que ce n'est pas une fatalité d'avoir un diabète ne savent pas ce qu'ils disent : moralement et physiquement moi je ne suis pas bien. Je n'accepte pas le fait de faire ma glycémie à jeûn chaque matin...

 

Je suis très contente d'avoir lu vos témoignages et de savoir qu'il y a des gens qui vivent la même situation que moi. Merci beaucoup et à bientot maintenant que je connais le site!

 

Crédit photo : © Freddy Smeets - Fotolia.com

Photo d'illustration

Je partage aussi mon histoire

Je témoigne

Je trouve d'autres témoignages

Clément, 13 ans et demi