Témoignage

Virginie

L’été dernier, j’ai fait un voyage à Cuba en partant de Londres. Les problèmes ont surtout été à l’aéroport de Gatwick car je refusais de passer mon vanity case contenant tout le nécessaire pour pompe à insuline (stylos à insuline, seringue, cathéter, solution désinfectante, etc.).

Rien n’y a fait. Au contrôle, ils ne voulaient pas vérifier directement ce que contenait le vanity, il fallait absolument le passer dans la cabine à rayons X, au risque de dénaturer tout mon stock d’insuline. De quoi aussi gâcher toutes mes vacances...

 

Ensuite, cela a été la pompe. Je refusais de passer le portique avec. Ils ont donc accepté mais à condition que je leur laisse vérifier que le dispositif n’était pas imprégné d’explosifs. Top, quoi !


À Cuba, je m’attendais au pire mais là-bas, aucun problème, aussi bien pour entrer que pour sortir ! J’ai quand même laissé mon vanity passer une fois de plus sous les rayons X, pour ne pas me montrer trop exigeante.

 

Je comprends toutes les règles de sécurité mais je fais preuve aussi d’une grande transparence au niveau des services de sécurité car je suis capable de tout montrer pour qu’ils ne dénaturent pas le stock d’insulines et n’endommagent pas le fonctionnement de la pompe.

 

Au moment de la présentation du certificat de porteur de pompe, pourquoi ne suffit-il pas de vérifier discrètement le contenu du stock et la pompe dans une pièce annexe, sans être obligé de mettre la personne diabétique en scène, avec toute l’anxiété que cela génère ?

Je partage aussi mon histoire

Je témoigne

Je trouve d'autres témoignages

Clément, 13 ans et demi