Précarité et alimentation : comment faire ?

Les résultats de l'étude ABENA de 2004-2005 révélaient la forte dépendance des personnes à l'aide alimentaire, la faible consommation de certains groupes d'aliments notamment les fruits et les légumes. Ce déséquilibre alimentaire favorise le développement des pathologies liées à la nutrition : diabète, obésité et hypertension artérielle.

En 2011-2012, l’étude ABENA 2011-2012* souligne la prévalence de l'obésité chez les femmes (35,1%) en augmentation depuis 2004-2005. Chez les hommes, la prévalence de l’obésité était moindre que chez les femmes (17,6%) cependant la prévalence de l’hypertension artérielle était également élevée : 48,5% chez les hommes et 39,3% chez les femmes. La prévalence du diabète était plus élevée qu’en population générale, en particulier pour les femmes (8,9% contre 3,3% dans l’Etude nationale nutrition santé, ENNS 2006-2007).

Situations de grande précarité et mauvaise alimentation

Certaines personnes ont des conditions très précaires. N’ayant  pas toujours accès à l’emploi ni au logement (stable), elles doivent souvent recourir   « au système D » pour s’alimenter au jour le jour .

Certaines questions peuvent alors se poser :
 

  • Comment s'alimenter lorsque l'on n'a pas de cuisinière et de réfrigérateur
  • Que peut-on acheter ?
  • Comment conserver les aliments ?


Equilibrer au mieux son alimentation est toutefois possible, même lorsqu’on ne dispose pas des équipements adéquats.

 

*Source InVS
Alimentation et état nutritionnel des bénéficiaires de l’aide alimentaire, Etude Abena 2011-2012 et évolutions depuis 2004-2005, Mars 2013

 

Crédit photo : © Photographee.eu - Fotolia.com

 

Retrouvez tous nos conseils et astuces dans notre fiche pratique "Cuisiner sans réfrigérateur ni cuisinière" en bas de page.

 

En savoir plus

 

Alimentation et activité physique chez les personnes diabétiques précaires


Diabète et Précarité : qui est concerné ?   

Documents associés