Témoignage

Pauline, 23 ans (07)

J'ai 23 ans, et j'ai découvert que j'étais diabétique en novembre 2011. J'étais en excellente santé. Depuis ma naissance : pas une journée d'hospitalisation à mon actif, tout fonctionnait pour le mieux. J'étais plutôt fière de le dire. Mais durant cet automne là, je me sentais très fatiguée, sans arrêt épuisée. Mon médecin m'a dit que c'était le début de l'hiver et que cela pouvait arriver.

Il m'a conseillé de boire des jus d'oranges pressées pour prendre des vitamines et me "booster". Mais sans aucun résultat... J'insiste pour qu'il me prescrive une analyse de sang... Et là, le diagnostic tombe : je suis au-dessus de la "normale", je suis diabétique mais mon HBA1C est à 6,5 %, ce n'est pas urgent.

 

Je prends des comprimés, prends rendez-vous avec une diabétologue et quelques mois plus tard, je passe sous insuline. L'annonce de la maladie a été plutôt décousue pour moi, ce qui m'a permis de bien l'accepter. Pour garder le moral, je me disais: "il vaut mieux être diabétique, qu'être atteinte du cancer".

 

Ce n'est pas parce que je ne l'accepte pas que cette maladie va partir, alors autant l'accepter. J'ai été très soutenue par ma famille et mes amis. Je vis donc très bien avec le diabète. Cette maladie fait partie de moi, même si par moment, elle me rappelle bien qu'elle est là ! Je n'ai pas changé de vie : je fais du sport, j'ai repris mes études, je voyage, j'ai des projets...

 

Je voudrais dire à toutes les personnes qui ont des difficultés à vivre avec cette maladie, qu'il faut continuer à vivre comme on l'entend et qu'il faut l'assumer. Ce n'est pas parce que l'on a quelque chose qui dysfonctionne, que l'on est différent. On peut vivre comme tout le monde, on a juste quelques ajustements à faire au quotidien !

 

Crédit photo : © olgavolodina - Fotolia.com

Photo d'illustration

Je partage aussi mon histoire

Je témoigne

Je trouve d'autres témoignages

Clément, 13 ans et demi