Aller au contenu principal

Dico du Diabète

  • ADO

    Acronyme de anti-diabétiques oraux.

  • Acidocétose

    On parle de décompensation du diabète ou d'acidocétose.

    C’est une complication grave du diabète, pouvant provoquer un coma. Elle survient lorsque l’organisme n’a plus assez d’insuline, et que le sang devient trop acide, à cause de la présence d’acétone. 40% des enfants et des adolescents chez lesquels le diagnostic de diabète de type 1 est posé présentent une acidocétose associée à un coma dans près de 15 % des cas provoquant une hospitalisation en réanimation et parfois même un décès.

  • Acidose lactique

    Il s’agit d’une forme particulière d’acidose (acidité trop élevée du sang) due à une accumulation d’acide lactique dans le sang. L’acidose lactique est exceptionnelle et peut survenir chez les patients qui ont un diabète et qui sont traités par des médicaments contenant des biguanides.

  • Acétone

    Déchet provenant de la dégradation des graisses. Il s’élimine par les voies respiratoires et l’urine. L’acétone apparaît quand l’organisme manque d’insuline et ne peut plus utiliser le glucose.

  • Acétonurie

    Présence d’acétone dans les urines.

  • Adhésion thérapeutique

    Le fait pour le patient d’être acteur de sa santé en comprenant et en suivant un traitement adapté à sa maladie, à son mode de vie dans une relation de confiance et d’échange avec son professionnel de santé

  • Albumine

    Protéine présente dans le plasma sanguin. Elle est excrète en quantité excessive par le rein lors de certaines complications diabétiques (complication du rein appelé néphropathie.)

  • Albuminurie

    Présence d’un excès d’albumine dans l’urine. Quand les quantités sont modérées, on parle de micro albuminurie, comprise entre 30 et 300 mg / 24 h. Au-delà, on mesure la protéinurie qui mesure l’albumine, mais aussi d’autres protéines.

  • Analogues lents

    Les analogues lents sont des molécules d’insuline qui ont été modifiées de façon à obtenir une action prolongée de meilleure qualité que celle des insulines retard classiques. Durée d’action : 20 à 24 heures.

  • Analogues rapides

    Les analogues rapides sont des molécules d’insuline modifiées. Elles agissent après 15 à 30 minutes après avoir été injectées sous la peau. Durée d’action : 3 à 4 heures.

  • Angiographie rétinienne

    Méthode d’imagerie médicale consistant à injecter, par voie veineuse, un colorant fluorescent pour examiner les vaisseaux sanguins des yeux et détecter une éventuelle maladie (rétinopathie notamment.)

  • Anomalies lipidiques (excès de cholestérol et de triglycérides)

    Excès de graisses dans le sang, souvent associé au diabète et pouvant être majoré par un déséquilibre de celui-ci, caractérisé par une élévation des graisses dans le sang (cholestérol et triglycérides.)
    Ces anomalies peuvent provoquer des lésions des grosses artères qui peuvent se boucher et provoquer notamment l’angine de poitrine et l’infarctus du myocarde, des accidents vasculaires cérébraux (atteintes des vaisseaux du cou) ou de l’artérite des membres inférieurs (atteintes des vaisseaux des jambes).

  • Anticorps anti-GADA

    Anticorps dirigés contre une enzyme, la glutamate décarboxylase, exprimée dans le pancréas. Ils témoignent d’une activité auto-immune contre les cellules bêta productrices d’insuline.

  • Antigènes

    Substances contre lesquelles sont dirigés les anticorps.

  • Artérite

    Inflammation des parois des artères causée par un excès de cholestérol, qui peuvent s’obstruer et diminuer l’apport d’oxygène aux tissus.

  • Athéromes

    Dépôt dans les artères de gros et moyen calibre, susceptible de modifier ou entraver la circulation sanguine. L’athérome est responsable de la maladie coronaire.

     

  • Athérosclérose

    Lésions qui apparaissent sur la paroi interne des vaisseaux sanguins et qui résultent de l’accumulation de divers composés du sang , dont les glucides et les lipides en excès.

  • Athérosclérose

    On parle d’athérome ou athérosclérose. Cette maladie de l'artère a deux composantes : une plaque (dépôt) riche en graisses – les lipides (notamment cholestérol) –, une "racine" prenant appui sur la couche de cellules musculaires lisses et responsables de la perte d'élasticité de l'artère (sclérose). La plaque d'athérome, nourrie des graisses circulant dans le sang, se développe progressivement sur la paroi de l'artère jusqu'à provoquer un rétrécissement (sténose) gênant le passage du sang et donc l'apport en oxygène à l'organe qu'elle irrigue.

  • Auto Surveillance Glycémique (ASG)

    Mesure par le patient de la glycémie capillaire (sur une goutte de sang) réalisée au moyen d’un lecteur de glycémie.

  • Auto-contrôle

    C’est le moyen de surveiller soi-même sa glycémie à l’aide d’appareils de mesure, et d’adapter soi-même son traitement en fonction de la glycémie et des évènements de la vie courante (alimentation, activité physique…).

  • Auto-immun

    Le diabète de type 1 est une maladie auto-immune où le système immunitaire détruit ses propres cellules, ici les cellules des îlots de Langerhans dans le pancréas. Les cellules qui secrètent de l’insuline.

     

  • Autosomique

    La transmission est autosomique quand le gène muté est porté par un chromosome non sexuel, de la mère ou du père indifféremment.